Les tendances à suivre en 2011

Il faut espérer que 2011 marquera le début d’une véritable reprise économique pour les entreprises mises à mal par la récession, qui ont enduré un marché atone, voire stagnant. De nombreuses technologies sont maintenant matures et elles peuvent aider les industriels à reprendre pied sur le marché mondial. Intéressons-nous à présent à certaines de ces nouvelles technologies et initiatives qui semblent si prometteuses pour les entreprises et qui, en leur permettant d’être économes et de favoriser une production au plus juste, les rendront plus compétitives.

Une année favorable aux logiciels PLM. La plupart des entreprises ont réduit au minimum les coûts de la main-d’œuvre et leurs coûts de fonctionnement pendant toute la période de récession. Elles sont nombreuses à se rendre compte que la seule façon de sortir plus fortes de la crise est d’implémenter des technologies leur permettant de mieux se positionner face à la concurrence.

Selon une étude d’Aberdeen Group, les industriels qui cherchent à réduire leur planning de développement et le coût de leurs produits, et à favoriser la collaboration au sein de leur chaîne logistique comme avec les parties prenantes extérieures, vont se tourner de plus en plus vers la technologie PLM.

Cette étude Aberdeen indique que les entreprises les plus performantes ayant implémenté le PLM sont presque huit fois plus susceptibles que leurs consœurs d’atteindre leurs objectifs en matière de coût des produits et de ne pas dépasser leurs budget de développement de produits ; elles sont presque cinq fois plus susceptibles de sortir leurs produits dans les délais ; par ailleurs, 21 % sont parvenues à réduire leurs délais de mise sur le marché.

Ces entreprises sont également deux fois plus susceptibles d’inclure les fondamentaux du développement de produits dans leur déploiement PLM initial ; elles sont plus susceptibles de financer le PLM par le biais d’un budget informatique ; et sont 80 % plus susceptibles d’élaborer un plan prévisionnel pour le PLM.

Les entreprises doivent être plus sociales. L’informatique communautaire, non pas Facebook ou Twitter, ou encore LinkedIn, mais les technologies et les fondements qui les sous-tendent, sera mise en œuvre dans toutes les entreprises afin d’améliorer la productivité et la croissance économique. Toutes les technologies de l’informatique communautaire auront le vent en poupe en 2011. Aussi, attendez-vous à ce que les entreprises fassent fusionner en une seule stratégie leur communication interne, la collaboration et les initiatives publiques de sites sociaux.

Les entreprises se tournent de plus en plus vers les réseaux sociaux, cela faisant partie de leur marketing mix, pour renforcer la communication avec les clients, mieux comprendre leurs points faibles et créer une proposition de valeur attractive destinée aux clients potentiels. L’utilisation de différents canaux permettant aux entreprises d’écouter, d’agir, de s’engager et de se faire mieux connaître, va prendre de plus en plus d’importance pour elles en 2010 si elles veulent rester en phase avec la réalité.

En outre, comme les équipes de conception sont de plus en plus dispersées géographiquement, les réseaux sociaux sont devenus des liens vitaux pour partager données et connaissances avec les collègues. Par exemple, si un ingénieur du développement de produits travaille sur un assemblage complexe sur lequel il a peu d’expertise, il peut utiliser le réseau social interne de son entreprise pour envoyer une requête ou trouver la personne susceptible de l’aider. En seulement quelques minutes, cet ingénieur peut obtenir des réponses ou l’aide dont il a besoin, grâce à une session avec écran partagé, que son collègue travaille dans le même bâtiment que lui ou de l’autre côté de l’océan.

Pour les entreprises, les réseaux sociaux constituent également un outil précieux car ils permettent aux ingénieurs, aux chefs de projet et autres professionnels du développement de produits d’accéder à un réseau plus large afin d’acquérir les connaissances nécessaires, ou de former des groupes ou des communautés d’intérêts. Pour en savoir plus sur la technologie des réseaux sociaux internes, prenez connaissance des solutions disponibles chez Yammer, MS SharePoint, PB Works, Zoho et Google Docs.

L’explosion du téléphone mobile. Tout le monde peut le constater. Selon Gartner Group, d’ici le fin de l’année 2010, 1,2 milliard de personnes disposeront d’un terminal de poche capable de leur fournir un environnement riche, associant mobilité et Internet.  Un pourcentage important de salariés amène au travail des unités de stockage personnelles à accès rapide, sur lesquelles ils enregistrent des e-mails et des documents sensibles. D’autres dispositifs ont changé la donne ; il s’agit de l’iPad d’Apple et d’une quantité de tablettes concurrentes (plus de 30), annoncés ou sortis en 2010.

Selon Gartner Group, d’ici 2013, 80 % des affaires seront traitées par des intervenants utilisant des tablettes. La prise en charge de ces tablettes variera selon les entreprises, et au sein d’une même entreprise, en fonction de leur utilisation. Quand, pour des raisons de commodité, les employés apporteront leur propre terminal, les entreprises assureront au minimum le support technique de l’appareil et elles prendront en charge un niveau limité de connectivité réseau, lequel inclura probablement l’accès à la messagerie et aux calendriers de l’entreprise, de même qu’un service d’assistance pour résoudre les problèmes de connectivité.

La question est de savoir comment les industriels assureront la sécurité des données lorsqu’ingénieurs et concepteurs travailleront sur des sites éloignés en utilisant des appareils mobiles. Les fournisseurs sont conscients de ce problème et ils ajoutent des fonctions de sécurité améliorée, comme c’est le cas avec Apple qui a renforcé les capacités de cryptage de l’iPhone 3GS.

Un nouveau rapport de Forrester Research fait apparaître que 29 % des entreprises d’Amérique du Nord et d’Europe prennent désormais en charge l’iPhone. Ce chiffre ne pourra qu’augmenter puisque la sécurité améliorée prévue par Apple jette les bases de ce qui se passera sur les iPhone et les iPad, en vue d’une utilisation encore plus étendue dans l’entreprise.

La personnalisation de masse n’est pas un oxymore. Au fur et à mesure que les clients deviennent plus pointilleux, la production de masse pourrait bientôt être remplacée par des méthodes de production plus agiles qui permettraient de créer des produits personnalisés en fonction des besoins de chaque client. La personnalisation de masse est un nouveau paradigme qui couvre les technologies et les systèmes nécessaires pour proposer des produits répondant aux exigences de chaque client avec une efficacité de production comparable à celle de la production de masse.

Afin de rester compétitives, les entreprises doivent adopter une stratégie flexible, orientée vers la demande, pour pouvoir proposer une gamme d’options personnalisées. L’efficacité est un critère clé des stratégies de personnalisation de masse. Bien que l’introduction d’un niveau de personnalisation, dans quelque produit que ce soit, en augmente le coût, les produits fabriqués à la commande réduisent véritablement le gaspillage, les coûts de production étant basés sur la demande réelle. Les coûts de conception et d’outillage ont également baissé ces dernières années, ce qui a facilité la production de lots de produits ou de prototypes plus petits.

Pour que la personnalisation de masse soit efficace, deux composantes sont essentielles : la flexibilité des processus de fabrication et une communication ouverte avec les clients. En fait, entretenir des contacts étroits avec les clients pour évaluer leurs besoins et recueillir leur avis et leurs commentaires sur un produit personnalisé est absolument essentiel dans le processus de personnalisation de masse ; cette façon de procéder favorise également l’innovation et contribue au développement de nouveaux produits.

Image de Amodiovalerio Verde

Cet article a été publié dans Réinventer la conception avec les mots-clefs : , . Bookmarker le permalien. Laisser un commentaire ou faire un trackback : URL de trackback.

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais publié ni communiqué. Les champs obligatoires sont indiqués par *

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title="" rel=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <pre> <q cite=""> <s> <strike> <strong>