Apple va-t-il conquérir le marché de l’ingénierie ?

La popularité des produits de marque Apple a connu une très forte croissance sur le marché de la grande consommation avec l’adoption massive de produits multi-jeux comme l’iPhone et l’iPad. Toutefois, les marchés de l’ingénierie et de la technologie, sont restés le domaine réservé du PC. Si le marché « SciTech » fut par le passé réservé à la plate-forme Mac, les choses ont bien changé depuis le début des années 1990.  Toutefois, certains signes laissent à penser que les choses pourraient évoluer.

En réponse à une demande de plus en plus forte de la part des utilisateurs, Autodesk a commercialisé en octobre dernier une nouvelle version pour Mac du logiciel AutoCAD, après un hiatus de 18 années (en 1992, Autodesk avait lancé une version d’AutoCAD pour la plate-forme Mac, pour la retirer deux ans plus tard). Bien que le prix de la version d’AutoCAD pour Mac soit comparable à celui de la version pour PC, la version pour Mac comprend une version iOS gratuite s’exécutant sur iPad, iPhone et iPad Touch. Bien qu’offrant des fonctionnalités de conception limitées, ces versions portables permettraient à un concepteur ou un architecte d’apporter des dessins sur site sans avoir à les imprimer.

Un peu plus tôt cette année, la Computational Engineering International (CEI) a lancé une version Mac native du logiciel de mécanique des fluides numérique du produit phare de la société EnSight. Le logiciel Linux s’exécutait auparavant sur Mac dans l’environnement X11. Dans le même espace de mécanique des fluides, le logiciel Caedium, de Symscape, prend désormais en charge la plate-forme Mac. Cette nouvelle version est une véritable version Mac native et l’un des rares outils commerciaux d’analyse de mécanique des fluides numérique s’exécutant sur Mac en natif.

La commercialisation de versions logicielles IAO pour Mac indique l’importance croissante des applications destinées aux ingénieurs travaillant sur Mac (bon nombre d’entre eux exécutaient auparavant sur Mac des applications Linux ou des programmes Windows virtualisés).

Bien que les utilisateurs de CAO architecturale aient eu à leur disposition plusieurs produits à plate-forme mixte (Graphisoft ArchiCAD et Vectorworks) et que les concepteurs industriels disposent également d’options logicielles pour Mac, la plupart des utilisateurs de MCAD restent confinés sur des PC tournant sous Windows. Si certaines rumeurs disent que des éditeurs de MCAD envisagent de commercialiser des versions de leur logiciel pour Mac, la plupart d’entre eux ont adopté une approche passive.

On en revient au scénario classique de la poule et de l’œuf. Les utilisateurs de logiciels d’ingénierie ne s’intéresseront véritablement aux Mac que lorsque des applications de MCAD y seront portées avec succès. De même, les éditeurs n’assureront pas la prise en charge d’une plate-forme sans un marché suffisant d’utilisateurs potentiels. Peut-être la véritable question est-elle de savoir si les entreprises seront prêtes à faire l’investissement requis pour se doter d’une infrastructure (support informatique) capable de prendre en charge des machines dotées d’un double système d’exploitation dans un environnement en réseau.

Malgré toutes ces inconnues, on peut difficilement penser qu’Apple n’est pas revenu pour rester. Au deuxième trimestre de cette année, la société a annoncé le chiffre de 3,5 millions de Mac vendus et commence à s’imposer sérieusement dans le milieu des affaires. Selon IDC, au cours du trimestre dernier, les ventes de Mac ont connu une croissance trois fois plus rapide que celle des autres concurrents sur le marché de l’entreprise et 16 fois plus rapide sur le marché du secteur public.

À l’heure où le marché de l’ordinateur mobile est en plein boom, il ne fait aucun doute qu’Apple remportera une grosse part du gâteau. Les produits iPad et iPhone ont remporté un vif succès auprès du public, donnant lieu à l’apparition sur le marché en 2010 d’une multitude de copies d’appareils électroniques à tablette tactile. Selon Gartner Group, d’ici 2013, 80 % des affaires seront traitées par des intervenants utilisant des tablettes. Une autre étude réalisée par le Forrester Group montre que l’iPhone est désormais pris en charge par près d’un tiers des entreprises d’Amérique du Nord et d’Europe.

On peut dès lors se poser la question de savoir si les ingénieurs et concepteurs en mécanique disposeront un jour d’une vaste gamme d’outils de conception 2D et 3D fonctionnant sur Mac. Le verdict n’a pas encore été rendu, mais l’on peut supposer que les éditeurs de logiciels de MCAD suivent attentivement les évolutions du marché et restent ouverts à toutes les possibilités.

 Vous utilisez actuellement une application technique sur un ordinateur Apple ? Nous aimerions connaître votre avis. Quels en sont les avantages ? Est-ce plus simple d’utilisation ? Y a-t-il moins de risque d’attraper des virus ? Votre point de vue nous intéresse. Image de kurafire

Cet article a été publié dans Réinventer la conception avec les mots-clefs : , , , , , . Bookmarker le permalien. Laisser un commentaire ou faire un trackback : URL de trackback.

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais publié ni communiqué. Les champs obligatoires sont indiqués par *

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title="" rel=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <pre> <q cite=""> <s> <strike> <strong>