Ipad 2 d’Apple : Les nouvelles fonctionnalités seront-elles plus adaptées au développement de produits ?

ipad2Apple a annoncé la sortie de la seconde version de sa très célèbre tablette mobile, l’iPad 2, prévue le 11 mars 2011. En dépit d’un scepticisme prématuré, les consommateurs et le monde du travail avaient adopté son prédécesseur et de plus en plus d’applications ont commencé à apparaître sur le marché pour satisfaire le moindre besoin informatique. De nombreuses applications destinées aux professionnels ont également fait leur entrée sur l’App Store pendant que le monde de l’entreprise se démenait pour trouver comment prendre en charge au mieux les périphériques tout en protégeant les données de l’entreprise qui y sont stockées.

Globalement, les utilisateurs professionnels ont adopté l’iPad en masse, au détriment des autres tablettes concurrentes. En avril 2010, soit trois mois seulement après sa sortie, Apple a révélé que l’iPad était testé par 50 % des 100 premières entreprises américaines. Au début de l’année 2011, ce pourcentage avait atteint les 80 %.

Bien qu’une poignée d’applications de CAO fonctionnent désormais sur l’iPad, la plupart restent sur la ligne de touche. Cette nouvelle génération d’iPad va-t-elle faire disparaître ces préoccupations en proposant les performances informatiques attendues d’un logiciel servant à développer des produits ? Il faudra attendre un peu avant de pouvoir répondre à cette question, mais regardons tout de même certaines des nouvelles fonctionnalités de l’iPad 2 afin de voir comment elles pourraient mieux convenir à des entreprises qui développent des produits.

Plus efficace, plus rapide, plus fin, plus léger ? Vérifions.

L’iPad 2 promet une puissance double à celle de son prédécesseur et un processeur graphique haute performance capable de fournir 9 fois la performance de l’iPad 1, le tout dans une enveloppe plus petite. L’iPad 2 est doté d’un processeur bicœur et de performances graphiques qui, d’après Apple, sont neuf fois plus puissantes que la première génération d’iPad. Ces nouveaux attributs vont très probablement avoir une incidence sur l’installation des applications ou sur le passage d’une application à une autre mais ils vont également modifier les applications 2D et 3D. Le système est désormais capable d’afficher plus de polygones et de pixels à l’écran et va permettre aux moteurs graphiques de faire quelques tours de passe-passe.

La taille de l’écran ne change pas mais la tablette est 33 % plus mince que la première version et pèse légèrement moins lourd. Le nouvel iPad intègre une fonctionnalité qui, en cas de vol, permet aux utilisateurs de supprimer leurs données à distance.

Un autre avantage pour les développeurs de produits : la caméra avant de l’iPad 2, très utile pour les conférences vidéo offre une résolution VGA. La caméra arrière offre une résolution HD 720 P. Le périphérique est doté de FaceTime, une application d’appel vidéo, et de PhotoBooth, une application permettant de capturer des photos et des vidéos et de faire des retouches simples. Une autre avancée majeure concerne la mémoire : l’iPad 2 contient une mémoire RAM de 512 Mo, contre 256 Mo pour son prédécesseur.

Bien que ces améliorations soient des mises à niveau considérables pour l’ensemble des fonctionnalités, il n’y a pas eu d’annonce majeure concernant les préoccupations persistantes des utilisateurs professionnels, à savoir la gérabilité et la sécurité. D’après Jack Gold, analyste spécialisé, Apple aurait dû saisir l’opportunité de répondre à certaines de ces préoccupations, par exemple en améliorant iTunes de sorte à mieux prendre en charge la gestion des suppressions et le déploiement en masse des iPad. Outre cela, Apple aurait dû intégrer la sécurité (cryptage) dans le matériel de l’iPad 2, comme pour l’iPhone.

Ces lacunes vont servir les intérêts des concurrents qui semblent à tout prix vouloir conquérir le monde du travail. Le BlackBerry PlayBook de Research in Motion permet d’accéder aux e-mails et calendriers professionnels sans smartphone BlackBerry. HP se prépare à lancer sa tablette webOs, TouchPad, présentée stratégiquement comme un gadget d’entreprise très « convivial ».

De son côté, Samsung travaille avec acharnement avec les fournisseurs d’applications afin de rendre sa tablette Galaxy Tab Android plus attirante pour les entreprises. Parmi ces applications, on pourra retrouver le « bureau virtuel » de Citrix et l’application d’appel vidéo de « qualité téléprésence » de Polycom, développeur d’outils de conférences vidéo.

Nul ne sait encore comment va se dérouler la guerre des tablettes mais Apple semble définitivement partir avec une longueur d’avance.

Et vous : Comment utilisez-vous les iPad dans votre entreprise ?

Image de jwpriebe

Cet article a été publié dans Réinventer la conception. Bookmarker le permalien. Les trackbacks sont fermés, mais vous pouvez laisser un commentaire.

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais publié ni communiqué. Les champs obligatoires sont indiqués par *

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title="" rel=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <pre> <q cite=""> <s> <strike> <strong>