En coulisses : Les exécuteurs : les Scrum Masters

Pour Scrum, la méthode agile de développement de produits utilisée pour le développement de Creo, un rôle clé, celui de Scrum Master, est entièrement dédié au processus Scrum et au développement de Creo 1.0. C’est l’exécuteur.

Chez PTC, les Scrum Masters ont un talent unique et des pouvoirs quasi divins. Ils ont en général développé leurs compétences lors de la gestion de projets complexes et d’activités de supervision d’équipes de développement partout dans le monde. Nous avons discuté avec Shawn Bellmore, Scrum Master de la nouvelle application de modélisation directe de Creo (Creo Direct), pour en savoir plus sur son rôle.

GH : Pouvez-vous nous décrire votre rôle ?

SB : Mon rôle en tant que Scrum Master est d’entretenir les processus Scrum. Je suis celui qui s’assure que les équipes suivent la méthode agile, effectuent des sprints et des revues de sprint selon le planning et livrent selon les engagements pris.

GH : Les Scrum Masters sont souvent appelés les hommes de main. Pourquoi ça ?

SB : L’un des aspects principaux de mon rôle est de supprimer les obstacles qui empêchent à l’équipe de livrer les objectifs et les livrables du sprint. Je m’assure que l’équipe suit la méthode sur laquelle nous nous sommes mis d’accord.

GH : Cela semble un peu sinistre.

SB : Pas vraiment. Le Scrum Master est l’interface entre l’équipe et toute source de distraction. Il s’assure que la méthode Scrum est utilisée aux fins prévues. Le Scrum Master est celui qui fait exécuter les règles. L’un des rôles principaux du Scrum Master consiste à protéger l’équipe et à veiller à ce qu’elle reste concentrée sur les tâches en cours. Je veux m’assurer que chaque sprint se déroule sans problème et que nous livrons ce que nous avions prévu, à tout prix.

GH : Maintenant, ça a l’air encore plus sinistre. Donnez-moi un exemple de source de distraction et de la manière dont vous maintenez la concentration de l’équipe sur la tâche en cours.

SB : Vous comprenez bien qu’il est très simple, dans un environnement qui bouge aussi vite, d’ajouter de nouvelles exigences à un sprint pendant qu’il est en cours. Ces exigences peuvent venir de l’équipe elle-même ou d’une source extérieure. Cela ne peut se produire pendant un sprint.

GH : Mais cela n’a pas l’air si terrible que ça, il suffit de rester flexible et d’absorber les entrées.

SB : La modification ou l’ajout d’exigences met le sprint en danger et peut entraîner un résultat médiocre, et cela joue contre l’équipe. Pour rester flexible, il faut discuter des modifications des exigences pour le prochain sprint, pas pour celui en cours.

GH : De quoi êtes-vous responsable, mis à part la protection de l’équipe des autres et d’elle-même ?

SB : Pendant un sprint, je m’assure que l’équipe se réunit chaque jour, lors de la « mêlée quotidienne » (daily scrum). Ces réunions ont en général lieu au même endroit, à la même heure, chaque jour. Dans l’idéal, les mêlées quotidiennes se tiennent le matin. Cela permet ainsi de définir le déroulement de la journée de travail. Nous avons recours à des outils tels que Windchill SocialLink pour tenir l’équipe informée et impliquée, indépendamment du lieu et du fuseau horaire.

GH : Comment se passe une mêlée quotidienne ?

SB : Tous les membres de l’équipe sont tenus d’y assister, physiquement ou virtuellement. Il s’agit d’une réunion d’équipe (développement et assurance qualité). Les Scrum Masters et les propriétaires de produit ne sont pas obligés d’être présents, mais ces réunions leur sont tout de même utiles. Ils ne prennent pas part au débat mais ont la possibilité de rassembler des informations dont ils discuteront avec les membres de l’équipe après la réunion.  Les autres ne sont pas autorisés à assister à ces réunions quotidiennes.

GH : L’objectif est de résoudre les problèmes, n’est-ce pas ?

SB : Non. La mêlée quotidienne n’est pas une réunion au cours de laquelle les problèmes sont résolus. Les problèmes soulevés sont en général traités par un groupe réduit, après la mêlée quotidienne. Au cours de la mêlée, chaque membre de l’équipe doit répondre aux trois questions suivantes :

  1. Qu’avez-vous fait hier ?
  2. Qu’allez-vous faire aujourd’hui ?
  3. Quels sont les obstacles qui vous empêchent d’avancer ?

En se concentrant sur ce que chaque personne a accompli la veille, et ce qu’elle s’apprête à accomplir le jour même, l’équipe a ainsi une vision complète du travail effectué et de ce qu’il reste à faire. La mêlée quotidienne n’est pas une mise à jour de l’état d’avancement de chacun, au cours de laquelle le chef collecte des informations pour savoir qui est en retard. Il s’agit plutôt d’une réunion pendant laquelle les membres de l’équipe s’engagent les uns envers les autres. Si un programmeur annonce qu’il va terminer le module d’archivage aujourd’hui, tous les participants savent que lors de la mêlée du lendemain, il va annoncer s’il a réussi à le terminer ou non. L’effet magique est que l’équipe se rend compte de la valeur de ces engagements, et que ces engagements sont pris les uns envers les autres, pas envers un client ou un commercial lointain.

GH : Est-ce qu’il est facile de déterminer où se trouvent les problèmes ?

SB : Oui. On doit essayer de résoudre tous les problèmes soulevés aussi rapidement que possible. Les problèmes classiques sont :

  • J’ai besoin d’aide pour le débogage d’un problème avec ______.
  • J’ai du mal à apprendre ______ et voudrais m’associer avec quelqu’un pour cela.
  • Le groupe de support technique du fournisseur ne me rappelle pas.
  • Le vice-président du service m’a demandé de travailler sur autre chose pendant « un jour ou deux ».

Les membres de l’équipe doivent eux-mêmes contacter les personnes appropriées hors de la mêlée quotidienne afin de résoudre leurs problèmes, qui sont souvent de nature technique. Tout ce qui ne peut être résolu par l’équipe, ou qui constitue une distraction dans l’achèvement des tâches au cours du sprint, doit être escaladé jusqu’au Scrum Master qui doit ensuite le gérer. 

GH : Y a-t-il des problèmes que vous n’avez pas été en mesure de résoudre ?

SB : Non, mon rôle est de m’assurer que les problèmes escaladés sont résolus. Je n’ai pas pu m’empêcher de me demander si Shawn me voyait comme un problème et si je n’allais pas disparaître bientôt. Surveillez la parution (je l’espère) de nouveaux articles En coulisses consacrés aux personnes et aux processus que nous suivons pour le développement de Creo 1.0.

Cet article a été publié dans En coulisses avec les mots-clefs : , , , , , . Bookmarker le permalien. Laisser un commentaire ou faire un trackback : URL de trackback.

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais publié ni communiqué. Les champs obligatoires sont indiqués par *

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title="" rel=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <pre> <q cite=""> <s> <strike> <strong>