L’envolée du prix des matières premières oblige les fabricants à innover

steel-millL’industrie manufacturière montre enfin des signes de regain, avec un rythme de croissance inédit depuis 2004. L’Institute for Supply Management (ISM) signale que son indice de l’activité manufacturière a atteint 61,4 % en février, contre 60,8 % le mois précédent, affichant une hausse ininterrompue sur les 19 derniers mois. C’est une bonne nouvelle, n’est-ce pas ? Eh bien, oui et non.

Même si globalement les statistiques semblent favorables, l’augmentation du prix du pétrole et des matières premières ternit quelque peu le tableau. Si le coût du pétrole se maintient à un niveau historique en raison de l’instabilité politique au Moyen-Orient, celui des matières premières a également atteint des sommets. La croissance économique en Asie et en Amérique latine accroît la demande en matières premières, ce qui tire les prix vers le haut.  Cette envolée des coûts oblige les fabricants à s’adapter pour éviter de la répercuter sur les prix dans un marché très marqué par la récession.

Le prix record du cuivre a forcé les fabricants de produits tels que les voitures, les climatiseurs, les réfrigérateurs commerciaux et les composants industriels, à se tourner vers un autre métal conducteur, l’aluminium, bien moins cher.  L’écart de prix entre les deux est suffisamment important pour justifier les coûts de réoutillage de certains processus de fabrication et le volume supplémentaire d’aluminium requis pour conduire une quantité comparable d’électricité.

Ce phénomène de substitution a pris de l’ampleur ces dix dernières années, alors que la demande du marché chinois et les contraintes de l’approvisionnement en minerais ont fait s’envoler le prix du cuivre. Si cette tendance se poursuit, l’aluminium pourrait occuper 20 % des 19 millions de tonnes annuelles que représente le marché mondial du cuivre affiné, selon le producteur d’aluminium Alcoa Inc.

D’autres métaux de base, indispensables à l’industrie manufacturière, prennent également de la valeur. Selon l’ISM, les prix des métaux de première fusion flambent partout. Les prix de l’aluminium et de l’acier affichent une hausse ininterrompue depuis six mois, et le cuivre depuis sept mois. Une nuance d’acier très courante, qui était vendue 520 dollars la tonne il y a peu de temps encore, coûte maintenant 740  dollars, soit une hausse de 42 %.

À l’heure où l’économie redémarre, la demande en matières premières comme l’acier se renforce et confirme la tendance à la hausse des prix. Au final, l’inflation du prix des matières premières pourrait entraîner un ralentissement de l’activité manufacturière. Mais alors, comment les fabricants gèrent-ils l’augmentation des prix des matières premières, sans les répercuter sur leurs clients ?

« Le défi consiste à compenser l’envolée des prix des marchandises par une hausse de la productivité, un accroissement des volumes ou un recouvrement des coûts », explique Nobert Ore, président de l’ISM et responsable des études sur l’industrie manufacturière. « Il faut jouer sur ces trois leviers. Relever les prix pratiqués auprès de ses clients n’est pas envisageable, sous peine de tuer la demande. »

Globalement, les fabricants ont choisi de diminuer les coûts de main-d’œuvre et de mieux lutter contre l’inflation du prix des matières premières. Selon le ministère du Travail des États-Unis, la productivité de l’industrie manufacturière a progressé de 4 % par rapport au troisième trimestre de 2009. Les gains de productivité sur 12 mois pour l’ensemble des entreprises ont battu un record vieux de 48 ans, avec 6,3 % au premier trimestre de 2010.

L’une des solutions pour les fabricants de réduire leur consommation de matières premières consiste à optimiser les conceptions à l’aide de logiciels d’analyse par éléments finis (AEF). En analysant leurs conceptions à l’aide d’outils d’analyse par éléments finis, les concepteurs peuvent « alléger » leurs modèles et minimiser leur épaisseur afin de réduire les coûts en matières premières sans compromettre l’intégrité structurelle du produit.

D’autres stratégies permettent de compenser les fluctuations des prix des matières premières, mais elles ne sont pas exemptes de risques. Certains fabricants recherchent d’autres fournisseurs pour tenir leurs objectifs en termes de chiffre d’affaires, ce qui passe souvent par une délocalisation vers des pays moins chers. Le revers de la médaille, ce sont des perturbations quasi certaines de la chaîne d’approvisionnement.

Une autre stratégie consiste à acheter des matières premières en gros, afin de faire davantage pression sur un fournisseur. Élaborer des relations étroites avec tous ses fournisseurs permet également de juguler la hausse du prix des matières premières. Plus la relation est forte, plus vous avez de chances d’obtenir un prix équitable qui convient à chacune des parties.

Enfin, il est possible de limiter l’impact des fluctuations de prix en regroupant les achats de matières premières. Les fabricants intelligents essaient de stabiliser les prix des matières premières pour protéger non seulement leurs entreprises mais également leurs fournisseurs. Instaurer ce type de relations dans le but de cumuler les achats permet de sécuriser la chaîne d’approvisionnement contre la volatilité et la flambée des prix.

Image de Snapping Kurtle

Cet article a été publié dans Réinventer la conception avec les mots-clefs : , , , , , , . Bookmarker le permalien. Les trackbacks sont fermés, mais vous pouvez laisser un commentaire.

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais publié ni communiqué. Les champs obligatoires sont indiqués par *

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title="" rel=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <pre> <q cite=""> <s> <strike> <strong>