Creo 1.0 : l’application Creo Sketch

davinciDonc, on vient de vous affecter à un nouveau projet : une nouvelle idée de produit. Vous avez toutes les données techniques en main et vous les comprenez. Quelle est l’étape suivante ? Démarrer votre outil de CAO 3D et modéliser la solution ? Probablement pas.

Tout d’abord, les concepts ne sont généralement pas créés en CAO 3D car le logiciel doit disposer d’informations sur les composants, les modèles, etc. Autant d’informations qu’il est prématuré de définir. Même dans le monde technologique actuel, vous commencerez probablement par l’esquisse, car il s’agit du moyen le plus rapide pour capturer les idées avant qu’elles ne s’évanouissent. Vous pouvez les coucher dans votre bloc-notes, sur une feuille volante ou sur un tableau blanc. Peu importe le support. Les premières idées viennent naturellement, peut-être de manière un peu confuse, mais l’esquisse constitue un excellent levier pour explorer concepts, idées et variantes.

Voilà donc comment procéder. Ces premières idées et variantes sont précieuses, extrêmement précieuses. Prenez l’esquisse d’hélicoptère réalisée par Léonard de Vinci en 1490 et baptisée « Vis aérienne ». Il aura fallu attendre que Étienne Oehmichen, inventeur français, construise et fasse voler un hélicoptère sur un kilomètre en 1924 pour que l’idée se concrétise. L’esquisse de l’hélicoptère a existé pendant 400 ans avant qu’une version fonctionnelle ne soit créée.

Je ne dis pas que toutes les esquisses sont au niveau de celles de Léonard de Vinci, mais la plupart ont de la valeur. Elles permettent de capturer des idées originales qui peuvent donner naissance à des produits ou des marchés totalement nouveaux. De plus, elles sont de plus en plus utilisées dans les demandes de brevet pour identifier l’auteur et la date de création de l’idée.

Dans bon nombre d’entreprises, les idées originales sont dans un premier temps couchées dans des carnets, sur des feuillets ou sur des tableaux blancs. Mais, est-il possible de capturer ces esquisses de manière électronique et de les gérer comme des données de valeur (ce qu’elles sont) ?

Sandy Joung, à la tête du service marketing des produits Creo chez PTC, nous explique comment Creo Sketch – l’une des nouvelles applications disponibles dans Creo 1.0 – permet de réaliser ces opérations.

GH : Qu’est-ce que Creo Sketch ?

Sandy Joung : Creo Sketch est un outil de dessin 2D à main levée. Rapide et simple à utiliser, il remplace les carnets d’esquisse, les feuillets et les tableaux blancs. Quelques minutes suffisent aux utilisateurs pour être opérationnels et créer leurs premières esquisses.

GH : Pourquoi les entreprises devraient-elles utiliser Creo Sketch ?

Sandy Joung : Eh bien, comme vous l’avez dit dans votre introduction, un grand nombre d’utilisateurs commenceraient probablement par esquisser rapidement les idées pendant la phase d’élaboration de concepts. La plupart de ces idées seraient couchées dans des carnets, sur des feuillets ou sur des tableaux blancs. Ce n’est pas la méthode la plus efficace pour capturer, partager ou gérer cette phase du développement de produit.

GH : Selon vous, comment l’application Creo Sketch devrait-elle être utilisée ?

Sandy Joung : Les utilisateurs doivent s’en servir pour créer, explorer et développer des concepts rapidement. Elle permet de partager des idées et de recueillir des commentaires de pairs, spécialistes du marketing, clients, commerciaux, fournisseurs, etc. Les esquisses numériques présentent l’avantage d’être facilement transmissibles, sans aucune perte d’informations. En fait, l’application est si conviviale que même les non-ingénieurs pourront créer des esquisses et proposer d’autres idées pendant le processus de développement de produits.

Creo Sketch permet de gérer rapidement le processus de création d’esquisses, depuis l’ébauche jusqu’à la maquette finalisée. Il englobe les esquisses simples, les concepts de produit, les illustrations, les conceptions industrielles et les revues de conception.

GH : Quelles fonctionnalités de haut niveau cette application propose-t-elle ?

Sandy Joung : Vous pouvez créer des esquisses avec des stylets numériques, des marqueurs et des aérographes. Vous avez le choix entre utiliser la palette standard ou créer la vôtre. Et vous pouvez exploiter les sources existantes, par exemple des images ou des photographies dans votre esquisse. Creo Sketch propose différents effets, comme le flou, l’amélioration de la netteté, l’éclairage et les textures.

GH : En quoi l’application Creo Sketch aide-t-elle les entreprises à capturer et gérer les concepts ?

Sandy Joung : Utilisées sur les projets et par les équipes, les esquisses numériques sont devenues la méthode de référence pour capturer les premiers concepts dans un format facilement partageable et archivable. Il s’agit d’un véritable pas de géant par rapport à l’approche actuelle qui continue de recourir à des méthodes et des outils manuels.

De plus, Creo Sketch fait partie de la gamme Creo d’applications de conception. Ainsi, les esquisses sont exploitables dans d’autres applications, telles que Creo Direct et Creo Parametric. Et les données peuvent être prises en charge dans Windchill, la solution PTC de gestion de processus et de contenu.

GH : Un utilisateur ferait-il vraiment appel à un outil d’esquisse à main levée pour créer un modèle 3D ?

Sandy Joung : Probablement pas. En fait, il essaierait plutôt de prendre en référence ou de récupérer certaines parties de l’esquisse au fur et à mesure de la création de la géométrie 2D qui donnera naissance au modèle 3D.

GH : En résumé, avec Creo Sketch, il est possible de standardiser, centraliser et gérer tous les premiers concepts explorés par les équipes de projet.

Sandy Joung : Exactement. Cette application conviviale fournit un jeu complet de fonctionnalités et constitue un outil standard qui permet de réutiliser les données dans d’autres applications Creo. De plus, les données sont prises en charge dans Windchill. Enfin, les informations des concepts et esquisses sont gérées et centralisées.

J’imagine que Léonard de Vinci aurait apprécié avoir un tel outil à sa disposition. Ses innombrables esquisses et schémas techniques lui attribuent notamment la paternité du pont parabolique, du scaphandre, de l’enrouleur de bobine automatique, de la machine à tester la résistance des fils, de la machine à polir les miroirs, du parachute et du volant d’inertie.

Consultez régulièrement le blog creo.ptc.com. Vous y trouverez d’autres entretiens sur les applications prévues pour Creo 1.0

Image de Léonard de Vinci

Cet article a été publié dans Contenu de Creo 1.0 avec les mots-clefs : , , , , , , . Bookmarker le permalien. Les trackbacks sont fermés, mais vous pouvez laisser un commentaire.

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais publié ni communiqué. Les champs obligatoires sont indiqués par *

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title="" rel=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <pre> <q cite=""> <s> <strike> <strong>