Accélérer l’innovation dans la conception des produits

repeating-innovationLes fabricants savent que l’innovation constitue un facteur clé pour concevoir et créer de nouveaux produits qui deviendront un succès commercial. L’innovation est également considérée comme l’un des principaux moteurs de l’économie, surtout lorsqu’elle conduit à de nouvelles catégories de produits et à une augmentation de la productivité. Cependant, comment définir l’innovation dans le domaine du développement de nouveaux produits ? Les équipes de développement de produits peuvent-elles réellement garantir l’innovation de leurs produits ou la plupart des nouveaux produits ne sont-ils que de simples variantes améliorées de produits existants ?

Pour de nombreux fabricants, l’innovation commence généralement par la R&D. Les idées issues de la R&D doivent obtenir l’aval de la direction, qui doit déterminer quelles idées les équipes de développement de produits doivent suivre et dans quel ordre de priorité. La direction doit se concentrer sur la définition des grandes lignes pour le développement de produits innovants en identifiant les critères à l’aune desquels les opportunités sont évaluées et en affectant des ressources pour saisir les opportunités qui remplissent ces critères.

De nombreuses entreprises démarrent le processus d’innovation en posant des questions telles que : ce produit répond-il à un besoin non satisfait du client à un prix abordable ? La réponse à cette question permet d’identifier les innovations susceptibles d’intéresser le marché. Autre question à poser : ce produit est-il compatible avec nos processus technologiques, commerciaux et de fabrication actuels ?

Ouverture du processus d’innovation

Les grandes entreprises tendent à faire passer les nouveaux projets de développement par plusieurs stades, ce qui nuit souvent à la créativité. L’« innovation ouverte », un terme forgé par Henry Chesbrough, professeur à l’Université de Californie, Berkeley, est une nouvelle façon de générer des idées. L’innovation ouverte fait référence aux flux entrants et sortants des connaissances utilisées pour accélérer l’innovation interne.

L’idée centrale qui sous-tend l’innovation ouverte est que dans un monde de connaissances largement disséminées, les entreprises ne peuvent pas se fier uniquement à leurs propres recherches, mais doivent élaborer une stratégie pour rechercher des idées de part et d’autre de leurs murs. Cela peut supposer d’acheter des processus ou des inventions (par exemple des brevets), ou leurs licences, à d’autres entreprises. L’innovation ouverte est donc l’antithèse du mode de fonctionnement traditionnel des services de R&D.

De nombreux programmes de développement de produits innovants échouent, non pas à cause des défis techniques, mais des défaillances organisationnelles. D’un point de vue organisationnel, les entreprises doivent désigner un solide sponsor exécutif pour s’engager dans la stratégie d’innovation et s’assurer qu’un ensemble établi d’outils, de processus, de techniques et de formations est en place pour faire passer les idées dans le pipeline de développement.

De plus, les fabricants doivent définir un ensemble clair de critères de sélection et de filtrage pour éliminer les mauvaises idées et se concentrer sur les bonnes.

L’ouverture du processus d’innovation permet aux entreprises d’accélérer la génération de nouvelles idées de produits en utilisant les ressources internes et externes, et l’identification des tendances mondiales. Les fabricants doivent apprendre à traiter la gestion des innovations et des idées comme une véritable discipline d’entreprise et comme une stratégie de croissance.

Éviter le préjugé du NIH (Not Invented Here, Pas inventé ici)

Conséquence du concept de l’innovation ouverte de Chesbrough, le syndrome du NIH est une culture d’entreprise ou institutionnelle persistante qui consiste à éviter d’utiliser ou d’acheter des produits, recherches ou connaissances existants parce qu’ils proviennent de l’extérieur. Dans le secteur de la fabrication, cela équivaut à refuser une solution potentielle ou une nouvelle idée de produit parce qu’elle n’a pas été développée en interne.

Le symptôme principal du NIH est l’acharnement à réinventer la roue, qui se traduit par des pertes de temps, d’argent et d’opportunités. En fait, de nombreuses entreprises ont réussi à créer de nouveaux produits en appliquant une idée ou un concept existant de manière innovante ou en l’améliorant. Les responsables tournés vers l’innovation recherchent les meilleures idées de part et d’autre des murs de l’entreprise.

Dans le contexte de la mondialisation, avec l’émergence d’une grande variété d’idées innovantes, il convient de remettre en question le préjugé du NIH. La direction devrait s’efforcer de changer ce type de culture d’entreprise afin d’encourager la coopération entre les partenaires et de stimuler l’innovation. « Les personnes les plus talentueuses ne travaillent pas toutes pour vous », explique M. Chesbrough. « En tirant parti des découvertes des autres, les entreprises peuvent obtenir des résultats spectaculaires. »

Permettre aux clients de s’exprimer

Des centaines, des milliers, voire des millions de clients utilisent quotidiennement les produits de votre entreprise. Ils sont donc bien placés pour suggérer les fonctionnalités et améliorations futures de ces produits. De nombreux fabricants permettent à leurs clients de donner leur avis sur les développements futurs de leurs produits.

Pour incorporer avec succès les commentaires des clients dans le processus d’innovation, il convient de poser des questions dont la réponse propose un défi capable de générer de vraies solutions, plutôt que de recueillir des idées ou des suggestions éparses sans savoir comment les mettre en œuvre. Avec les réseaux sociaux, il est aujourd’hui plus facile que jamais pour les entreprises d’animer un forum ouvert permettant aux clients de partager leurs opinions, plaintes et questions sur les produits actuels et futurs. Susciter et intégrer les commentaires des clients sur les produits devrait faire partie intégrante de la stratégie d’innovation d’une entreprise.

L’intégration de l’opinion des clients dans le processus de conception permet de réduire le temps consacré aux reprises par les équipes de développement. L’adoption par les clients et leur satisfaction sont plus rapides, car leur avis est intégré dans la conception globale.

Image de faith goble

Cet article a été publié dans Réinventer la conception avec les mots-clefs : , , , , , , , , , , , . Bookmarker le permalien. Les trackbacks sont fermés, mais vous pouvez laisser un commentaire.

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais publié ni communiqué. Les champs obligatoires sont indiqués par *

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title="" rel=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <pre> <q cite=""> <s> <strike> <strong>