Client Creo : la conception pour la prévention des actes de criminalité avec violence

Certains produits attirent les actes délictueux ou criminels. C’est ce qu’affirme le chercheur R.V. Clarke de l’Université de Rutgers. « De nombreux produits manufacturés ordinaires procurent le moyen ou la tentation de commettre un acte délictueux ou criminel », écrit Clarke. Ces produits, qu’il qualifie de « criminogènes », peuvent comprendre les voitures ou les cartes de crédit, qui constituent pour les voleurs des cibles fréquentes.

Nombreux sont ceux qui répondraient que ce sont les criminels, non les produits, qui sont la cause des actes délictueux ou criminels. Clarke, lui, voit les choses différemment : « Un nombre croissant d’études théoriques et de travaux de recherche réalisés ces 25 dernières années confirment que les délinquants sont tout autant amenés à commettre de tels actes par des opportunités faciles qu’ils y sont poussés par des tendances criminelles ».

Intuitivement, nous le savons. Nous verrouillons les portes de notre voiture et n’abandonnons pas d’appareils photo de valeur sur le siège. Réduire les propriétés criminogènes d’un produit ; éradiquer les crimes et délits contre les biens.

Les concepteurs aussi le savent. Aujourd’hui, votre voiture peut être dotée d’un numéro d’identification gravé dans la vitre et votre carte bleue équipée d’un hologramme pour empêcher la contrefaçon. Afin de lutter contre les exactions, les concepteurs ont créé des emballages inviolables pour les produits alimentaires et pharmaceutiques, des façades détachables pour les autoradios, des emballages volumineux pour les appareils électroniques de petite taille.

Mais qu’en est-il de la criminalité violente ? La conception a-t-elle un rôle à jouer dans la prévention de tels actes ?

Le Design Council britannique répond par l’affirmative. Le groupe a mis le client Creo (Parametric) Design Bridge au défi de maîtriser le nombre de blessures dues à des agressions au tesson de verre.  Ce type d’agression, très répandu au Royaume-Uni et en Australie, consiste à attaquer une victime avec une bouteille cassée ou un verre à bière. Dans les bagarres associées à une consommation d’alcool, certains individus n’hésitent pas à saisir une pinte de bière ou un goulot de bouteille pour se battre. Le gouvernement britannique estime que le nombre de ce type d’attaques se monte à 87 000 chaque année. Vous pouvez imaginer la gravité extrême des blessures liées à de telles agressions.

Design Bridge a présenté au Design Council deux solutions visant à fabriquer pour les pubs des pintes plus sûres et moins criminogènes.  Plus d’informations sur le projet de conception, les raisons de l’échec des solutions précédentes et les solutions Design Bridge dans cette vidéo :

Cet article a été publié dans Clients Creo avec les mots-clefs : , , , , . Bookmarker le permalien. Les trackbacks sont fermés, mais vous pouvez laisser un commentaire.

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais publié ni communiqué. Les champs obligatoires sont indiqués par *

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title="" rel=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <pre> <q cite=""> <s> <strike> <strong>