Comment mieux gérer la complexité des systèmes

Plus compliqués que jamais, les produits proviennent de plus en plus de systèmes complexes combinant des composantes logicielles, électriques et mécaniques. Même s’ils apportent des fonctionnalités supplémentaires, les logiciels parfois embarqués dans les produits rendent encore bien plus difficile la tâche de conception. Les personnes interrogées dans l’enquête Aberdeen Group « Managing System Design Complexity: 3 Tips for Saving Time » ont constaté ces deux dernières années une augmentation de 25 % du volume de code embarqué dans leurs produits. Plusieurs raisons à cela : la nécessité de développer de nouvelles sources de revenus (40 %) et de satisfaire la demande en faveur de produits sur mesure (31 %), le besoin d’accélérer la mise sur le marché (30 %), la possibilité de proposer un produit à plus forte valeur ajoutée (25 %) et le fait de se démarquer de la concurrence (21 %).

Des défis en nombre

Bien que largement répandue, la tendance consistant à intégrer des logiciels dans des systèmes électriques fonctionnant en parallèle de dispositifs mécaniques rajoute une difficulté importante lors de la conception. La cause principale est l’implication d’un nombre croissant de disciplines techniques devant collaborer au niveau dans leurs domaines d’expertise respectifs. Voici les principaux défis mis au jour par l’enquête Aberdeen : conceptions plus complexes (47 %), problèmes d’intégration retardant la mise sur le marché (47 %), partage insuffisant des connaissances interservices (38 %), compromis difficiles concernant l’architecture système (26 %) et manque de ressources chevronnées en ingénierie système (25 %). La gestion des modifications est une autre question particulièrement épineuse. À mesure que la conception gagne en complexité, il devient moins aisé d’identifier les différents éléments touchés par une modification au sein des systèmes. Les personnes interrogées dans l’enquête avancent essentiellement leur incapacité à saisir l’incidence d’une modification de conception sur l’ensemble du système (53 %), une difficulté deux fois plus importante que le recours aux processus manuels pour gérer les modifications (24 %).

Appliquer les bonnes pratiques

Pour exploiter au maximum l’avantage concurrentiel offert grâce aux logiciels embarqués, il convient d’améliorer les pratiques d’ingénierie système, pour une réelle intégration des composants mécaniques, électriques et logiciels. Voyons comment certaines entreprises très performantes mettent en œuvre leurs stratégies et les bonnes pratiques pour gérer le processus complexe de conception des systèmes. D’après l’enquête Aberdeen, leur réussite tient en trois points : la gestion des modifications, la gestion des exigences et la traçabilité de ces exigences.

Gestion des modifications

Face à la multitude de composants utilisés lors de la conception des produits avec logiciels embarqués, il apparaît extrêmement difficile d’identifier tous les domaines concernés par une modification.  Contrairement à leurs concurrents, les entreprises très performantes ont 2,1 fois plus de chances de garantir la traçabilité des composants système. Avant même d’apporter une modification, elles sont capables d’en évaluer l’impact sur les divers composants de leurs systèmes complexes. Avec une telle visibilité des répercussions sur les exigences, ces entreprises peuvent proposer un produit final qui inclut toutes les fonctions nécessaires pour séduire le client. Leur démarche va encore plus loin car, à chaque modification, elles mettent à jour les plans de test en vue de leur vérification et validation.

Gestion des exigences

Gérer un système complexe implique tout d’abord de définir et gérer correctement les exigences de conception, ce qui suppose de bien cerner les besoins des clients et du marché. Les entreprises très performantes veillent à identifier les besoins des clients avant de définir les exigences qui permettront de les satisfaire. Autre défi : définir les diverses interfaces entre les sous-systèmes et les composants. Les entreprises très performantes sont 80 % plus enclines à répondre à cette problématique de manière anticipée et à homogénéiser les définitions avec, à la clé, une gestion simplifiée des interfaces, même lorsque le niveau de difficulté augmente. L’évaluation des fonctions du système pose aussi de plus en plus de problèmes à mesure que celui-ci gagne en complexité. Pour plus de simplicité, les entreprises très performantes définissent leurs exigences au moyen de modèles et de diagrammes visuels. Il devient alors très facile d’envoyer, de comprendre et de gérer les exigences.

Traçabilité des exigences

L’absence de traçabilité représente un autre casse-tête pour la gestion des exigences. Pour une traçabilité efficace, les exigences doivent être liées les unes aux autres, de sorte que les dépendances soient reconnues et l’impact des modifications identifié. Un produit non conforme aux besoins du client, telle est la conséquence d’une traçabilité inefficace citée par près de la moitié des personnes interrogées (46 %). Lorsque les exigences sont correctement tracées, les ingénieurs des différentes disciplines comprennent la manière dont leurs composants interagissent. Les entreprises très performantes y parviennent en associant les exigences aux principales informations produit. Résultat : il est plus facile d’évaluer l’incidence d’une modification au niveau des exigences sur les interactions système. À titre d’exemple, les entreprises très performantes sont en mesure d’identifier quel sera l’impact d’une modification dans un fichier CAO sur une exigence, puis de tracer ce changement en fonction du besoin du client. Pour de plus amples informations sur la gestion des difficultés liées à la conception des systèmes, vous pouvez télécharger l’enquête « Managing System Design Complexity: 3 Tips for Saving Time ». Elle est disponible gratuitement pendant une période limitée (inscription obligatoire).

Cet article a été publié dans Réinventer la conception avec les mots-clefs : , . Bookmarker le permalien. Les trackbacks sont fermés, mais vous pouvez laisser un commentaire.

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais publié ni communiqué. Les champs obligatoires sont indiqués par *

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title="" rel=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <pre> <q cite=""> <s> <strike> <strong>