Intégrer le cycle de vie dans une démarche de durabilité : une nécessité

4389362541_1696ff1874

Pour créer un produit durable, il ne suffit pas de sélectionner avec soin des matériaux plus verts. Il faut aussi tenir compte des multiples étapes jalonnant son cycle de vie. Cette vision élargie englobe non seulement la conception du produit, mais aussi sa fabrication, son transport, son utilisation et, en bout de course, sa mise au rebut. Il convient en effet de mesurer l’impact des processus de fabrication, d’un transport sécurisé et de la façon dont le produit peut être démonté et recyclé en fin de vie.

La plupart des problèmes environnementaux proviennent d’effets collatéraux involontaires de la fabrication, de l’utilisation et de la mise au rebut des produits. À titre d’exemple, chaque tonne de produit atteignant réellement le client génère plus de 30 tonnes de déchets. Et 98 % des produits sont jetés dans les six mois suivant leur achat. En outre, le processus global affiche une efficacité énergétique d’environ 2 % seulement.

Évaluation de l’impact

Quantifier la durabilité est la priorité n° 1. Certaines entreprises mènent ainsi des études approfondies sur l’évaluation du cycle de vie afin de comprendre les impacts environnementaux de la conception, de la fabrication, du transport et de la mise au rebut de leurs produits. En indicateur fiable de la durabilité, cette évaluation sert de repère tout au long du cycle de vie d’un produit.

Pour rationaliser ce processus, plusieurs outils logiciels permettent de calculer un score d’impact en examinant l’impact de divers aspects : matériaux, processus de fabrication, mode de transport, distance parcourue, consommation électrique, source d’alimentation et méthode de mise au rebut.

Fabrication

Les concepteurs et ingénieurs s’attachent à améliorer la forme et la fonction d’un produit, pas sa méthode de fabrication. Ils ont été formés ainsi. Pourtant, avec l’extraction des matières premières et la pollution engendrée, la fabrication est justement à l’origine de bon nombre d’impacts environnementaux et sociaux.

Une fabrication durable consiste à recourir à des processus non polluants, peu gourmands en énergie et sûrs pour les employés, les clients et la population. Diverses démarches permettent de renforcer la durabilité des processus de fabrication : utiliser des équipements de précision afin de limiter les déchets, arrêter les machines non utilisées, remplacer les moteurs une vitesse par des moteurs à vitesse variable ou des servo moteurs pour moins consommer, etc.

La clé : la conception

Il est possible pour les ingénieurs et responsables environnementaux des installations de fabrication de réduire les émissions et les déchets. Malheureusement, la démarche a ses limites. Aussi, la durabilité des produits commence dès la conception, laquelle représente une occasion en or d’améliorer radicalement les performances environnementales des produits et sous-produits associés.

L’évaluation des coûts d’un produit intervenant essentiellement avant la phase de conception détaillée, les questions de la durabilité du produit auront le maximum d’impact au niveau de l’élaboration du concept. Pendant cette étape, les ingénieurs peuvent par exemple décider de la résistance que devra avoir l’emballage pour éviter d’endommager le produit pendant le transport.

L’utilisation de matériaux spécifiques comme l’aluminium, composé à 60 % de matières recyclées, permet de limiter l’empreinte carbone jusqu’à 90 % et de réduire ainsi l’impact du conditionnement. Concevoir dans une optique de recyclabilité implique de réfléchir en amont aux matériaux utilisés et de les limiter le plus possible.

Fin de vie

Une fois vendu, le produit ne disparaît pas. Il meurt à l’issue de sa vie utile. La question est : que devient-il ensuite ? Si vous fabriquez des téléphones portables, vous savez (d’après les comportements des utilisateurs) qu’un appareil est généralement remplacé dans les 12 à 18 mois.

Partant de ce constat, la mise au rebut du produit représente un impact potentiel majeur. Par conséquent, examiner la quantité et la composition des matériaux nécessaires à sa fabrication permet de réduire les conséquences de son démontage et de sa mise au rebut. En utilisant un minimum de matériaux, vous pouvez limiter l’impact du produit et faciliter son recyclage.

Résultat

Éco-conception, conception durable, conception verte ou évaluation de l’empreinte carbone. Peu importe l’expression employée, le principe est le suivant : prendre les mesures appropriées lors de la conceptualisation, la conception, la fabrication, le transport et la mise au rebut des produits en vue de limiter les impacts environnementaux et de réduire l’utilisation des ressources non renouvelables.

Pour ce faire, il convient de considérer l’ensemble du cycle de vie du produit pour déterminer comment gagner en durabilité. Chaque produit étant unique, les axes d’amélioration varieront. Mais en adoptant les outils et processus adéquats, les entreprises auront toutes les cartes en main pour réduire les coûts de gestion des déchets, limiter la consommation d’énergie et diminuer les risques de rappels coûteux et de contentieux.

Cet article a été publié dans Réinventer la conception avec les mots-clefs : , , . Bookmarker le permalien. Les trackbacks sont fermés, mais vous pouvez laisser un commentaire.

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais publié ni communiqué. Les champs obligatoires sont indiqués par *

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title="" rel=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <pre> <q cite=""> <s> <strike> <strong>