Profils de la modélisation flexible : Schaeffler Group

Nos ancêtres ne connaissant pas le moteur à combustion, ils ne pouvaient logiquement pas avoir de voitures. Mais pourquoi n’avaient-ils pas de vélos ?

Une brève histoire du roulement à billes

La réponse se trouve, en partie, dans le roulement à billes. Sans technique empêchant le frottement des pièces mobiles, les chariots et autres systèmes à roue casseraient très rapidement. En général, nos ancêtres utilisaient de l’eau ou de la graisse animale pour réduire le frottement entre l’axe et la roue, mais il fallait exercer beaucoup de force pour mettre une charge en mouvement.

Les roulements à billes et à rouleaux ont considérablement réduit les frottements. Léonard de Vinci l’avait bien compris et des roulements à billes et à pivots apparaissent déjà dans ses dessins, au XIVe siècle.

léonard-de-vinci-roulement-billes

Mais la conceptualisation et la construction d’un système sont deux choses très différentes. Pour fabriquer un vélo, le plus difficile était de fabriquer les billes du roulement. Il fallut attendre 1883 pour que les concepteurs trouvent la technique précise et répétable qui permettrait de fabriquer ces petites sphères.

C’est Friedrich Fischer (fils de Philipp Moritz Fischer, inventeur de la pédale de bicyclette) qui résolut le problème. Selon Wikipédia :

Friedrich Fischer mis au point une méthode de fraisage et de meulage de billes de taille égale et parfaitement sphériques à l’aide d’une machine de production adaptée et permis le développement d’une industrie indépendante du roulement.

En 1896, l’usine de Friedrich Fischer produisait 10 millions de billes par semaine, et l’inventeur est appelé aujourd’hui « le père du roulement à billes moderne ». Grâce à des innovations comme celle-ci, les vélos roulent vite et sans à-coups, de même que les voitures et tous les autres véhicules modernes qui ont suivi.

Schaeffler Group fidèle à l’héritage

L’ancienne société de Fischer a fusionné avec d’autres usines et, aujourd’hui, la société qui entretient l’héritage et la marque de Fischer (FAG) est Schaeffler Group, un client PTC Creo spécialisé dans « tout ce qui bouge ». La société conçoit des composants pour des machines, des équipements et des véhicules, notamment pour l’aviation et l’aérospatiale.

Toutes les marques majeures de Schaeffler, comme FAG, trouvent leur origine dans une « invention ingénieuse ». La société est toujours très impliquée dans la recherche et le développement, et commercialise des centaines de nouveaux produits chaque année.

« Des milliers d’ingénieurs travaillent constamment sur de nouveaux produits, processus et matériaux dans nos centres R&D ultramodernes », explique le site de la société. « Ils créent et améliorent les produits destinés à l’industrie automobile, aux machines, aux biens de consommation, au secteur énergétique et à l’aérospatiale… à l’aide des outils d’ingénierie les plus modernes. »

Schaeffler et PTC Creo Flexible Modeling Extension

Parmi ces outils d’ingénierie, vous trouverez PTC Creo et Flexible Modeling Extension (FMX). Tracy Novinski, spécialiste de la conception de produits, affirme qu’avec FMX, les membres de l’équipe qui ne sont pas concepteurs CAO à temps plein participent mieux au processus de développement.

Par exemple, les ingénieurs d’application (qui ne sont pas tous spécialisés dans les systèmes de CAO paramétrique) peuvent créer des propositions de conception en réutilisant des données d’ingénierie en 3D.

« Les utilisateurs occasionnels ne connaissent pas les contraintes ou les tables de famille – des concepts faciles pour les utilisateurs habituels de la CAO qui utilisent le système toute la journée », explique Tracy Novinski.

Avec PTC Creo Flexible Modeling Extension, les ingénieurs application peuvent éditer facilement les données de CAO 3D dans un modèle paramétrique. Les utilisateurs occasionnels gagnent en souplesse et en rapidité car ils travaillent étroitement avec les clients pour définir les spécifications produit. Les ingénieurs application travaillent aisément avec la géométrie et les fonctions, ce qui leur permet de gagner du temps, et de diminuer le nombre d’erreurs et les sources de frustration.

Cet article a été publié dans Clients Creo avec les mots-clefs : , , , . Bookmarker le permalien. Les trackbacks sont fermés, mais vous pouvez laisser un commentaire.

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais publié ni communiqué. Les champs obligatoires sont indiqués par *

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title="" rel=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <pre> <q cite=""> <s> <strike> <strong>