La simulation, du métier à l’usage courant

Simulation Technology

Dans mon vieux dictionnaire, le terme « métier » est notamment défini comme une profession ou une occupation demandant une habilité technique manuelle ou intellectuelle.
C’est ainsi que de nombreuses personnes voient la simulation : un métier à acquérir et hors de portée pour la plupart d’entre nous. Cette vision des choses a conduit les entreprises à créer des centres d’expertise dédiés à l’IAO, où des analystes développent minutieusement des modèles et règlent finement les maillages, tout en s’assurant qu’ils sont suffisamment efficaces pour une résolution rapide. Ces spécialistes interprètent également les résultats des analyses pour tous les autres utilisateurs.

L’ennui, c’est que ces spécialistes ne sont pas toujours en relation avec le reste de l’entreprise. Le marketing, les ventes, le service, la fabrication et le bureau d’études collaborent pour satisfaire les besoins des clients. Il est moins facile de savoir dans quelle mesure les experts en simulation peuvent intervenir au début de la conception ou dans la phase de conceptualisation.

Dans de nombreuses entreprises, le centre de simulation est un groupe de service qui répond aux demandes IAO de différents projets, mais les analystes ne font jamais partie de l’équipe de projet. Les spécialistes peuvent donc perfectionner leur métier et montrer leurs talents sur de nombreux projets. Cette approche convient bien pour une simulation en fin de cycle de conception ou pour remplacer le test physique de type « construction-démolition ». Par contre, elle n’est pas satisfaisante si la simulation doit s’intégrer à un processus d’innovation. Lorsque les équipes produit doivent demander aux analystes de leur consacrer du temps, le processus n’est pas aisé ni informel, et il reste peu de place pour l’expérimentation de simulation.

Or, ce sont justement ces essais et ces tâtonnements qui sont sources d’innovation. Si un concepteur pouvait rapidement simuler les performances d’une nouvelle conception, ne serait-ce pas l’assurance de mettre le client et le concepteur sur la même longueur d’onde ? Si un concepteur pouvait anticiper les besoins du service après-vente, ne serait-ce pas le moyen de trouver de nouvelles opportunités et d’améliorer le support client ?

La simulation joue un rôle important dans la mission qui consiste à commercialiser le bon produit et à atteindre les objectifs de coût, de qualité, de performance et de durabilité. Lorsque la simulation est considérée uniquement comme un métier réservé à un petit groupe de spécialistes hors du processus d’innovation, nous perdons tout ce potentiel d’amélioration. Qu’elle soit effectuée par un spécialiste ou par un concepteur qui vérifie une possibilité, chaque simulation améliore la conception, fait gagner du temps et génère des connaissances.

Les entreprises commencent à s’en rendre compte. À côté des spécialistes IAO proprement dits, elles recherchent des concepteurs qui possèdent une certaine connaissance de la simulation. Elles souhaitent déplacer les résultats des simulations vers les autres départements de façon que chacun puisse les inclure dans les revues de produit. Les implications concernent les technologies, les départements et les fonctions. Voici quelques recommandations :

  • Les analystes doivent communiquer les résultats à des personnes qui ne connaissent pas cette discipline. Cela signifie rechercher des solutions de post-traitement qui facilitent la compréhension grâce à des tracés, des visualisations, des animations et d’autres techniques. Ces spécialistes doivent aider les autres utilisateurs à décider, par exemple, si une conception est acceptable ou si les besoins doivent être modifiés. L’utilisation d’un assistant de génération de rapports est un bon début, mais il peut être nécessaire de le personnaliser en fonction des compétences des autres membres de l’équipe.
  • Les collaborateurs doivent considérer la simulation comme une activité qu’ils peuvent, et doivent, comprendre, sans doute pas dans les détails, mais suffisamment pour interpréter les résultats et prendre des décisions éclairées.
  • Les résultats interactifs sur les périphériques mobiles peuvent contribuer à accélérer la compréhension. C’est la raison pour laquelle il est intéressant de passer en revue les solutions de post-traitement distantes disponibles aujourd’hui. Le fait de voir les résultats sur le smartphone, la tablette ou un autre périphérique connecté permet en partie d’échapper au réflexe « c’est trop compliqué pour moi ». Ces outils de visualisation permettent de faire circuler la simulation du poste de travail IAO vers la salle de réunion, le site client ou l’atelier de fabrication, et ainsi de déployer davantage la puissance de la simulation. Après avoir vu les résultats, les utilisateurs qui au départ se tenaient prudemment éloignés de la simulation tenteront peut-être de s’y mettre eux-mêmes.

Il n’est pas nécessaire d’être un cordon-bleu pour préparer de délicieux repas. Mais le plat créé par un chef expérimenté peut être nettement meilleur que le repas ordinaire. De même, la simulation spécialisée reste nécessaire pour les cas complexes et tortueux qui ne peuvent être résolus via un processus ordinaire. Il existe également une place pour une simulation de routine. La simulation favorise l’innovation, surtout si elle quitte le laboratoire et est rendue plus accessible.

Note de l’éditeur : Pour en savoir plus sur les solutions de simulation de PTC, visitez le Centre de ressources PTC Creo Simulate. Pour plus d’informations publiées par Monica Schnitger, lisez cet article et découvrez comment une simulation précoce peut aider votre entreprise à battre la concurrence.
À propos de l’auteur : Monica Schnitger est la fondatrice, la présidente et l’analyste principale de Schnitger Corporation. Depuis 1999, elle publie des prévisions par secteur d’industrie, et développe des modèles et des statistiques pour le marché du logiciel dans différents domaines : CFAO, IAO, PLM, GIS, infrastructure, architecture, ingénierie, construction et conception d’usines. Monica Schnitger est l’auteur de nombreux rapports et conférences sur ces sujets, destinés aux investisseurs, aux développeurs et aux acheteurs de technologie. Elle compte parmi ses clients des petites et des grandes entreprises dans toutes les régions du monde.

Cet article a été publié dans Réinventer la conception avec les mots-clefs : , , , , . Bookmarker le permalien. Les trackbacks sont fermés, mais vous pouvez laisser un commentaire.

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais publié ni communiqué. Les champs obligatoires sont indiqués par *

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title="" rel=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <pre> <q cite=""> <s> <strike> <strong>