Associer la CAO directe et la CAO paramétrique : la stratégie idéale ?

Les ingénieurs et les concepteurs résolvent des problèmes. Notre métier, c’est de créer des téléphones portables qui ne se cassent pas en tombant, des réfrigérateurs à économie d’énergie, ou des sièges de voiture plus faciles à installer mais qui assurent tout de même la sécurité des enfants. Pourtant, bien souvent, notre tâche est compliquée par les outils que nous utilisons pour l’accomplir. Je ne suggère pas de revenir à la planche à dessin, mais la CAO, et plus particulièrement la CAO paramétrique, freinent souvent la créativité et la productivité, car il faut alors réfléchir à ce que veut le programme de CAO, plutôt qu’à la manière de réparer notre téléphone portable cassé.

Liens rapides

CAO directe ou paramétrique
Quelle est la meilleure approche ?
Modélisation directe
Ce que vous devez savoir
PTC Creo FMX
Modélisation flexible

Lorsque nous commençons à travailler sur des problèmes de conception, nous disposons généralement d’un point de départ, tel qu’un ancien modèle CAO ou un produit endommagé sur lequel nous recherchons le défaut de fonctionnement. Ensuite, nous réfléchissons à la manière de le résoudre. Lorsque nous utilisons un modèle CAO, la situation est idéale, car nous disposons d’un emplacement numérique dans lequel commencer notre « bricolage ». Mais si ce modèle est un modèle CAO paramétrique, nous devons tout d’abord déterminer comment il a été conçu, puis comment le modifier dans notre environnement de conception.

La CAO paramétrique est extrêmement utile. Nous pouvons concevoir un modèle et le modifier facilement pour créer d’innombrables variantes. Son intelligence interne nous évite d’ajouter des fonctions trop proches les unes des autres et elle assure le suivi des relations et des dépendances. Son principal défaut, en revanche, tient au fait que ces mêmes règles peuvent compliquer l’évaluation des concepts qui n’ont pas été anticipés par le créateur du modèle. Parfois, il faut réécrire certaines règles, une tâche compliquée par la CAO paramétrique.

Passons à la modélisation directe. Ici, les formes géométriques sont définies, manipulées et déplacées directement pour obtenir le résultat escompté. Cette approche est plus naturelle et plus intuitive pour les concepteurs lorsqu’il s’agit de résoudre des problèmes, car les règles sont suspendues. Nous pouvons manipuler la géométrie sans nous soucier des contraintes. Le résultat final peut être une conception plus créative présentant des surfaces et des formes plus complexes.

Detergent_ImagePrenons l’exemple d’une bouteille de produit-vaisselle. Au choix, préférez-vous acheter une bouteille aux courbes élégantes ou un banal cylindre ? Avec la modélisation directe, il est plus simple de créer une bouteille attrayante ; avec la modélisation paramétrique, cette surface est bien plus difficile à définir.

Chaque approche, qu’elle soit paramétrique ou directe, a ses propres utilisations. La stratégie de CAO idéale intègre sans doute les deux. Il peut être pertinent d’utiliser la modélisation directe lors de l’élaboration du concept, lorsque vous avez besoin de manipuler rapidement la conception et ne souhaitez pas être ralenti par des règles prédéfinies. Pendant la conception détaillée, lorsque la conceptualisation et l’exploration sont quasiment terminées, il peut être judicieux d’utiliser la conception paramétrique pour s’assurer que les itérations futures resteront conformes au concept initial. À d’autres étapes du processus, vous pouvez passer de l’une à l’autre, en fonction du savoir-faire du concepteur et de sa connaissance de l’intention de conception initiale.

La possibilité d’associer modélisation directe et paramétrique constitue le summum de la flexibilité. Vous pouvez collaborer plus largement, car la logique sous-jacente du modèle paramétrique devient moins importante. Les utilisateurs de CAO peu expérimentés peuvent être impliqués dans le processus de conception car l’apprentissage de la modélisation directe est plus rapide que celui de la modélisation paramétrique. Enfin, vous pouvez gérer plus facilement les demandes de modification avec la modélisation directe, ce qui vous permet d’envisager davantage d’options au cours du cycle de conception.

Détail amusant, la CAO a commencé par la modélisation directe dans les années 1980. Si vous étiez déjà dans le monde du travail à cette époque, vous vous souvenez peut-être des messages « Insérer cadre L 8 l 10 H 5 ». Ensuite, il fallait modifier la longueur en 10, tirer une autre arête vers l’extérieur, puis la terminer avec un cadre trapézoïdal, avant de la recouper avec une sphère, et ainsi de suite.

Aujourd’hui, la modélisation directe est bien plus élégante, mais le principe de base demeure le même : nous vivons dans un monde de formes qui doivent être manipulées facilement pour créer les produits que nos clients achèterons. L’outil de conception ne doit pas nous empêcher de créer les formes que nous voulons, ni de travailler avec les collaborateurs qui peuvent contribuer à notre réussite.

Cet article a été publié dans Réinventer la conception avec les mots-clefs : , , , , . Bookmarker le permalien. Les trackbacks sont fermés, mais vous pouvez laisser un commentaire.

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais publié ni communiqué. Les champs obligatoires sont indiqués par *

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title="" rel=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <pre> <q cite=""> <s> <strike> <strong>